Depuis aujourd'hui, l'école élémentaire a un nom : celui de Gaston Costeaux, ancien maire de Braine.

SSA50788

L'école a été inaugurée ce matin sous un vent glacial en présence de nombreuses personnalités dont notre inpecteur.

SSA50793

Merci à tous ceux qui se sont déplacés malgré les frimas et à  ceux qui ont contribué au vin d'honneur avec leur don.

ON l'appelait communément « école de la Saulx-Judrée », du nom de la rue où elle a petit à petit fait son nid. L'école élémentaire de Braine n'avait en réalité jamais été officiellement baptisée. Après les importants travaux effectués cet été pour lui donner une seconde jeunesse, le conseil municipal a jugé qu'il fallait saisir l'occasion pour enfin donner un nom à cette école.
Celui de Gaston Costeaux s'est légitimement imposé. La plaque a été dévoilée samedi. Pour les plus jeunes, ceux qui fréquentent l'école et ceux qui ne se sont établis que récemment à Braine, ce nom ne dit certainement rien. Et pourtant : il fut notamment maire du bourg de 1953 à 1959 et de 1977 à 2001. « Son action visionnaire a permis à la commune de réaliser de nombreuses acquisitions foncières. Il faut savoir qu'aujourd'hui encore, si certains projets peuvent se réaliser, comme le lotissement les Hauts de l'Amouré, c'est un peu grâce à lui », notait François Rampelberg, le maire.

Braine s'est peuplée

Braine ne serait pas telle qu'elle est aujourd'hui sans l'action de Gaston Costeaux. L'école non plus. François Rampelberg le rappelait : « Gaston a été à l'origine de la création du cours complémentaire à Saulx-Judrée, en 1953. Il avait réussi à obtenir cette création en seulement trois semaines ! La contrepartie a été qu'il a fait travailler les élèves, dès la rentrée, en leur demandant de l'aider au transport du mobilier. »
L'école élémentaire s'est construite par phases, à mesure que Braine s'est peuplée. Dès 1953, « deux classes et un bureau sont créés. En 1956, trois classes sont construites, en 1961, deux, ainsi qu'un préau. En 1981, ce préau est lui-même transformé en classe. En 1996, trois nouvelles sont encore construites. Gaston est à l'origine de quatre extensions sur cinq ».

Et la maternelle ?


Le village est désormais ville et, « il y a trois ans maintenant, nous avons eu la chance qu'une classe supplémentaire soit ouverte, ce qui prouve le dynamisme de notre commune et sa vitalité. C'est d'ailleurs une des raisons qui a poussé l'équipe municipale à faire le choix de ces travaux ». 305 000 euros y ont été consacrés (avec l'aide subvention de l'État, de la Région et du Département) : 128 500 aux travaux d'isolation extérieure et près de 60 000 à la voirie. Aux travaux d'aménagement intérieur et de peinture se sont ajoutés 25 000 euros en tableaux interactifs.
« L'école de Braine peut être fière d'être à la pointe de l'innovation dans ce domaine. Cinq classes sont équipées de ce type de tableaux, ce qui est assez rare dans les établissements de même importance », se félicite François Rampelberg.
Se pose maintenant une autre question : à quand un nom pour l'école maternelle ? Mais avant un baptême, ne faut-il pas une naissance ou comme à l'école élémentaire, une renaissance ? Si ! Et justement, l'école maternelle attend un événement heureux car elle devrait faire l'objet d'« une ouverture de classe à la rentrée prochaine. La probabilité est forte en raison de la poussée démographique », indique le maire, en aparté. Il faudra alors penser à pousser les murs de la petite école ! Des solutions temporaires seront mises en place.

Ludivine BLEUZÉ

Article paru dans l'Union